L’enjeu des espaces de travail de demain : la fluidité de la communication

Dans votre entreprise, spécialiste de prestations de services, les salariés travaillent chez vos clients. Comment réussissez-vous à créer un sentiment d’appartenance chez les collaborateurs alors que le lien est distendu avec l’entreprise ?

Même bureau au sein d’un bureau, il est difficile de créer du lien social ! Pour moi, cela repose sur le partage de responsabilités. Expliquer une décision sans consulter, cela revient à travailler de façon très verticale et, pour certaines personnes, cela ne fonctionne pas. Nous portons un projet d’entreprise défini par notre vision stratégique, mais nous laissons la main à nos managers de proximité. Ils sont en charge de trouver la ressource, de développer le chiffre d’affaires et de satisfaire le client, mais aussi de manager les hommes et les femmes de notre entreprise et de veiller à leur sécurité et à leur bien-être. Le manager de proximité est comme le patron d’une ‘business unit’ ! Il a sous sa responsabilité d’une dizaine à une centaine de personnes. Si nos salariés sont chez les clients, ils sont rattachés à des agences physiques. En 2019, nous avons créé une centaine de maisons Derichebourg dans les grandes villes comme Bordeaux, Lille, Mets ou Toulouse. C’est là que se déroulent nos parcours d’intégration et les échanges de pratiques. Les salariés sont aussi formés sur place et plus seulement au sein de notre centrale. Cela contribue à créer du lien social.

Comment avez-vous travaillé sur l’aménagement de l’espace de ces maisons ?

Nous avons créé des espaces ouverts qui permettent un travail en commun ou individuel. Le modèle d’aménagement est quasi identique pour toutes les maisons. Il comprend un espace d’accueil pour des moments de convivialité. Ces maisons ont permis de booster la mobilité interne et nous avons essayé d’y développer le multi-métier au lieu de se concentrer sur un secteur en particulier par maison. Les expériences de partage sont appréciées par nos salariés. Au sein de ces maisons, les managers ont aussi réussi à augmenter le temps de travail en partageant les missions avec d’autres filiales. Cela contribue à fidéliser les collaborateurs et à augmenter leur pouvoir d’achat.

Quels sont, selon vous, les enjeux de demain face aux évolutions des espaces de travail ?

Le partage d’information est crucial. L’espace de travail peut être virtuel ou physique, ce qui importe, c’est que le travail soit bien fait là où je me trouve. L’enjeu, au-delà de faciliter l’accès au travail et la qualité de la prestation, c’est la communication. Si j’ai accès à l’information qui vient de mon équipe de manière fluide, je vais pouvoir structurer mon travail de manière efficace.

Quel est le rôle du DRH vis-à-vis de ces enjeux et de la transformation de l’entreprise ?

Le DRH est en fait le directeur de la transformation ! C’est lui qui conduit le changement. Pour cela, il nous faut des outils qui simplifient la gestion de l’administratif. Il faut anticiper et accompagner en fluidifiant le langage, en formant… En tant que DRH, je dois garantir les évolutions et je dois m’assurer que j’aurai les compétences de demain, c’est là le grand défi.

Tribune à voir également à l’intérieur du Livre Blanc JobSféric 2020 : DRH inclusif(ve).